Voici comment votre cerveau se fait DÉTRUIRE par les réseaux sociaux

Voici comment votre cerveau se fait DÉTRUIRE par les réseaux sociaux

L’avènement des réseaux sociaux est un phénomène qui n’a pas fait que du bien. Il n’a pas fait que permettre d’interconnecter tous les milliards d’internautes de par le monde, n’a pas fait que permettre aux gens de retrouver leurs anciens amis même perdus de vue depuis, n’a pas fait qu’aider dans la propagation si rapide de nouvelles informations (l’actualité par exemple). Cette émergence, des réseaux sociaux, a aussi fait beaucoup de mal. Beaucoup. L’un des plus grands de ces maux est, incontestablement, l’impact négatif, et ravageur, sur notre cerveau. Décryptage. 

Savez-vous pourquoi les réseaux sociaux ont autant cartonné, dès leur lancement? Le cas le plus fulgurant reste celui de Facebook. Savez-vous pourquoi ils ont autant réussi, autant vite, et surtout, pourquoi il est si difficile de s’en séparer, même pour quelques jours pour certaines personnes ?

Réponse, qui fait peur…

En fait, la réponse à cette question, c’est que ces réseaux reproduisent de la façon la plus exacte possible la manière dont fonctionnent les machines à « sous » (machine à argent) dans les casinos (et je ne vous dirais pas s’ils l’ont fait exprès ou pas). J’en entends déjà me dire « oh, c’est encore quoi ça Gervais? ». Bon, laissez-moi vous expliquer tout ça. Comment la machine à sous dans un casino fait-elle pour vous rendre dépendant?

1. Après que le bouche-à-oreille, la publicité, les « on-dit »…aient fait leurs effets, vous voilà à l’intérieur pour la première fois, parfois juste par curiosité.

2. Pour jouer, vous appuyez sur un bouton, à de nombreuses reprises.

3. A chaque fois que vous appuyez sur le bouton, vous avez une grande chance de gagner un tout petit peu d’argent. Vous gagnez souvent, mais la plupart du temps, les gains sont très faibles.

4. Il est possible pour vous de toucher le « jackpot », et de repartir avec plusieurs milliers de billets d’argent. Cette possibilité est très rare, mais en y pensant cela vous pousse toujours à jouer.

5. Quand vous gagnez, même pour quelques miettes, la machine se met à clignoter et à sonner. Elle vous envoie des notifications, pour attirer votre attention.

6. Le but du jeu, est de  vous faire rester le plus longtemps possible devant la machine. Vous faire rester là, à longueur de journée pourquoi pas, à miser votre argent, à appuyer sur le bouton, de façon répétée, en espérant qu’au prochain appui, on gagnera quelque chose de gros.

7. Si vous perdez votre mise, vous pouvez ajouter de l’argent pour pouvoir continuer à tenter votre chance autant de fois que vous voulez.

Maintenant, voici comment fonctionnent les réseaux sociaux. Prenons le cas de Facebook, ou même Tweeter (ou Twitter, c’est comme vous voulez). Et pour mieux comprendre, rappelez-vous vos débuts sur ces réseaux. Surtout, la période où vous avez découvert Facebook.

1. Après que le bouche-à-oreille, la publicité, les « on-dit »…aient fait leurs effets, vous voilà sur Facebook, ou Tweeter, avec votre compte.

2. Pour publier, pour voir si vous avez des « j’aimes », des commentaires ou des retweets, vous faites des clics successifs, pour vous connecter...

3. Une fois que vous êtes sur votre profil, vous avez une grande chance d’avoir quelques nouveaux likes ou commentaires. Les likes et commentaires arrivent souvent, mais la plupart du temps, vous n’en n’avez pas beaucoup.

4. Il arrive que vous touchiez le jackpot, et qu’un statut, un tweet, une photo, un post quelconque « cartonne », avec des dizaines ou des centaines de likes et de commentaires. C’est rare, mais c’est une possibilité qui surtout au début pousse la plupart à « jouer ». Et ça marche tellement, surtout pour ceux-là qui en deviendront rapidement dépendants.

5. Quand vous recevez un nouveau like ou un commentaire, vous recevez une notification visuelle et/ou sonore. Un peu comme la machine à sous dans le casino qui clignote et sonne quand vous avez un gain.

6. Le but des créateurs de ces réseaux sociaux est de vous faire rester sur leur site, le plus longtemps possible…exactement comme avec le casino.

7. Pour ceux qui en deviennent dépendants, plus les gens vont interagir sur leurs publications, et plus ils vont en publier. Si vous échouez à attirer l’attention sur un contenu, vous pouvez publier de nouveaux (ce qui sera le cas, comme ajouter de nouveau de l’argent dans la machine à sous au casino), en espérant chaque fois avoir le gros lot…et ça recommence.

Toute une formule

Je lisais notamment sur le site du MIT (engineering.mit.edu), et les auteurs de cet article parlaient notamment du mécanisme derrière l’addiction aux réseaux sociaux, qui est l’un des mécanismes les plus addictifs, basé sur la formule suivante qui est aussi utilisée par beaucoup de jeux addictifs: hasard + grande chance de petits gains + très faible chance de gains énormes + possibilité de continuer à jouer si l’on perd sa mise (en espérant décrocher le gros lot…).

Plusieurs chercheurs, dont Tom Stafford et le docteur Kimberly Young, ont consacré leurs travaux au parallèle entre l’addiction aux jeux d’argent et la dépendance aux réseaux sociaux. Les conclusions de ces travaux sont unanimes: les réseaux sociaux sont de véritables USINES à fabriquer en vous la dépendance.

Bon, on peut dire que ce n’est pas bien grave, parce qu’après tout ça ne prend pas un seul sous. Sur Facebook, Twitter,…. on ne dépense rien, contrairement aux casinos et leurs machines à sous… mais ce que les réseaux sociaux coûtent, pour la plupart des gens, il n’y a aucun prix qu’on peut mettre dessus.  Et ils perdent gros. En commençant par leur précieuse ressource, le temps. Ensuite, et là c’est la plus grande perte : la capacité d’attention, ou en termes plus clairs, la capacité à maintenir son attention pendant une longue période.

Et comment le vit-on désormais?

Plus on a le cerveau déformé par les réseaux sociaux, et plus on a du mal à consulter les contenus longs.

On ne suit plus les vidéos d’une certaine longueur : on préfère les 1 min à 2 min parce qu’on se lasse vite, parce qu’on est pressé de « passer à autre chose ».

On n’arrive plus à regarder la plupart des films ou documentaires, parce qu’après les 25 premières minutes, on s’ennuie déjà…

On ne lit plus de livres, parce que passer de 140 caractères sur Twitter à 140 pages ou plus, c’est impossible…

On ne lit plus d’articles dans leur intégralité. En fait, on ne lit que les titres… pourtant ces articles souvent portent sur des choses que nous-mêmes trouvons ultra importantes et à ne pas manquer…

Attention, très attention…

L’utilisation intensive des réseaux sociaux a clairement pour conséquences de détruire votre capacité d’attention. Et ce n’est pas moi qui le dis. D’ailleurs, pourquoi chercher loin ? Ne le sentez-vous pas vous-même ?

Très habitué à consommer du contenu très court, et en grande quantité, on devient de plus en plus incapable de consommer du contenu plus long sans s’ennuyer, ou sans avoir à lutter contre une grand envie de « zapper ».

Cela se voit même aussi en classe, et les enseignants sont les premiers à en témoigner : au fil des ans, il devient de plus en plus difficile de maintenir les élèves concentrés pendant un certain temps.

La bonne nouvelle…



Vous aimeriez peut-être aussi :
Combien d’heures perdez-vous sur Internet chaque jour?

La bonne nouvelle dans tout ça? Si vous avez la chance d’être conscient de ce problème (oui la chance parce que beaucoup ne savent même pas qu’ils en souffrent), si vous savez donc que ce problème existe et si vous parvenez à trouver des solutions à cela, vous prendrez une avance incroyable sur les autres. Des études ont montré que quand vous lisez par exemple trois livres sérieux sur un domaine, vous en savez désormais plus que 90 % de gens au monde.

À ne pas oublier

Pour réussir, il faut aussi lire. Les meilleurs secrets du succès; les astuces pour obtenir diverses choses que vous cherchez; pour apprendre de nouvelles techniques, de nouvelles connaissances; tout cela se trouve…dans les livres. Et il faut les lire. Se renseigner, s’informer, se former, et le tout, encore une fois (je sais que je me répète), ça demande de consommer du contenu long. Et surtout de le faire plus efficacement que vos concurrents.

Qu’avons-nous prévu pour vous aider sur ABC Champions ?

Je vais aller droit au but. Notre but, est de faire de vous des champions. Faire de vous des gens qui travaillent et qui réussissent. Des gens qui savent ce qu’ils veulent, qui se concentrent sur les choses essentielles en éliminant les choses futiles.

Et, pour vous accompagner et vous aider dans votre quête du succès, nous avons mis en place la création (GRATUITE) de comptes sur le site, Si vous êtes nouveau je vous conseille vivement d’en créer un pour vous, aujourd’hui même, avant de quitter le site (pour éviter notamment l’oublie…). Il vous permettra de recevoir régulièrement, directement par mail, de nombreux conseils et diverses ressources pour vous aider à vous améliorer, continuellement, dans vos études, votre travail, et même dans tous vos projets. Et tout est GRATUIT.

Cliquez ici pour créer votre compte

Créer ce compte aujourd’hui vous permettra aussi de, par exemple, ajouter cet article dans vos favoris (votre espace privé), pour le revoir, à votre guise, plus tard. Vous aurez juste à utiliser le bouton « Ajouter à ma collection » ci-dessous. Et bien d’autres avantages, que je vous laisse découvrir en créant votre compte tout de suite :

Créez votre compte sur le site en cliquant ici

Alors, vous, vous sentez-vous dépendant des réseaux sociaux? Y perdez-vous souvent trop de temps ? Quels impacts négatifs constatez-vous autour de vous, et liés aux réseaux sociaux ? Sentez-vous que vous consommez de moins en moins les longs contenus ? Avez-vous réussi à vous débarrasser de ces problèmes ? Si oui, comment avez-vous fait ?

J’attends impatiemment de lire votre commentaire, dans l’espace ci-dessous.  

Gervais Kamga


<% comments.length %> Commentaires

Soyez le premier à commenter

  1. <% comment.firstname %> <%comment.lastname %> <% comment.created_at | timeAgo %>

    <% comment.content %>

Connectez-vous pour commenter